Société Bretonne du Camellia - Articles


Les camellias sasanqua

 René Mahuas

1. Le camellia sasanqua

Le Camellia sasanqua est une plante de la nature, une espèce du genre Camellia, comme le Camellia japonica, le Camellia reticulata, le Camellia transnokoensis, le Camellia lutchuensis, le Camellia sinensis (le théier), etc... On compte aujourd’hui environ 300 espèces sauvages (ou naturelles) de camellias.

Le Camellia sasanqua pousse naturellement dans les îles méridionales du Japon. Son nom japonais, “sazanka”, signifie “fleur de thé de montagne”. Les botanistes ont latinisé ce nom en “sasanqua”.

Le Camellia sasanqua fleurit dès septembre.
Ses fleurs simples sont formées de 6 à 8 pétales entaillés, blancs à blanc rosé, quelquefois roses. Elles mesurent 5 à 7 cm de diamètre, et diffusent un parfum léger de “forêt mouillée”.Ses feuilles sont petites (environ 3,5 cm de long sur 1,5 cm de large), elles sont elliptiques à ovales, pointues, et bordées de petites dents. Son port est buissonnant, plutôt dressé, mais non érigé. Il peut atteindre quand même 5 m de hauteur.

Il est très semblable au Camellia oleifera, et ses fruits sont encore utilisés pour produire de l’huile.
Comme le Camellia japonica, le Camellia sasanqua a une grande variabilité génétique, et a donné de nombreux cultivars.

Highslide JS
Plantation Pink

 2. Les camellias hiemalis et vernalis

On trouve aussi dans la nature le Camellia x hiemalis et le Camellia x vernalis, qui se rapprochent du Camellia sasanqua, et qui sont probablement des hybrides naturels de sasanqua x japonica.

Le Camellia x hiemalis fleurit plutôt en hiver. Ses fleurs sont simples ou semi-doubles, blanches à rose vif pourpré, et mesurent 5 à 7 cm de diamètre. Ses feuilles elliptiques mesurent 6 à 9 cm de long sur 3 à 4 de large. Les cultivars du Camellia x hiemalis sont généralement bas et ont de longues pousses. Ils peuvent former des couvre-sol ou être palissés.

Le Camellia x vernalis fleurit jusqu’au début du printemps. Ses fleurs sont simples ou semi-doubles, blanches à blanc rosé. Ses feuilles sont plus grandes que celles du Camellia sasanqua. Ses cultivars sont généralement dressés, et peuvent former des haies.

 Dans la suite du texte, sauf précision, le terme “sasanqua” s’appliquera globalement aux camellias sasanqua, hiemalis, ou vernalis.

 3. Floraison et culture des camellias sasanquas

Les fleurs des sasanquas sont fragiles, elles ne durent souvent que 2 ou 3 jours et tombent généralement dès qu’elles commencent à faner. Mais elles sont nombreuses, et la période de floraison est étalée. Comme les autres camellias, les sasanquas font la pause en cas de gel, et reprennent leur floraison dès que les conditions sont meilleures.

Highslide JS
Totenko

La floraison automnale des sasanquas, suivie de celle des hiemalis et des vernalis, offre des fleurs d’octobre à mars.

Comme les autres camellias, les sasanquas préfèrent un sol léger, aéré, humifère et bien drainé. Mais ils acceptent un pH plus neutre, voisin de 7. Le climat et le sol bretons leur conviennent bien en général.
Il vaut mieux les protéger du gel et du vent, mais ils aiment le soleil, et fleurissent mal à l’ombre.
Ils ont souvent odorants, quelquefois parfumés.
Ils se bouturent assez facilement. 

4. Diversité des ports et des utilisations des camellias sasanquas

Les camellias sasanquas présentent des ports variés, et offrent donc de nombreuses possibilités d’utilisation :

Plusieurs ont un bon développement, et peuvent être taillés en port dressé :
‘Crimson King’, ‘Kanjiro’, ‘Maiden’s Blush’, ‘Narcissiflora = Orcival = Setsugekka’, ‘Plantation Pink’, ‘Totenko’
, par exemple.

On peut notamment en faire des haies persistantes, élégantes, fleuries pendant plusieurs mois. Il suffit de les tailler juste après la floraison (voir photo ci-contre, mélange de ‘Kanjiro’, ‘Totenko’, ‘Plantation Pink’, ‘Crimson King’, ‘Vicomte de Noailles’).


Haie de Camellia sasanqua,
chez Alfred Lemaitre

   

Highslide JS
Kanjiro

On peut aussi laisser pousser librement  certaines variétés dressées, et à bon développement, pour en faire des sujets isolés, à mettre en valeur :
‘Crimson King’, Kanjiro’, ‘New Dawn’, ‘Vicomte de Noailles’
, par exemple.

Highslide JS
Vicomte de Noailles


Des sasanquas à port buissonnant ou retombant, à développement petit ou moyen, peuvent orner des massifs, ou garnir la base ensoleillée d’autres arbustes plus élevés :
‘Bonanza’, ‘Dazzler’, ‘Mine-no-yuki’, ‘Rainbow’, ‘Shishigashira’, ‘Showa-no-sakae’, ‘Showa Suprême’, ‘Sparkling Burgundy’, ‘Versicolor’, ‘Yuletide’
, par exemple.
Highslide JS
Rainbow
Highslide JS
Showa Supreme

Highslide JS
Sparkling Burgundy

Les sasanquas, comme tous les camellias, ont besoin d’apports nutritifs.

On peut associer les sasanquas à des camellias japonica, à des azalées, à des rhododendrons de taille basse ou moyenne, à des érables japonais, à des cornouillers, des viornes ou des andromèdes (pieris).
S’il ne faut pas ombrager les sasanquas, par contre ils peuvent, si ce sont des sujets arbustifs, ou formés en haies, fournir une ombre protectrice pour d’autres plantes plus basses. 

La plupart des variétés à petit développement peuvent être cultivées en bacs ou en grands pots, et agrémenter une véranda (attention aux coups de chaleur!), ou une terrasse ensoleillée (attention aux coups de gel!).

On peut enfin palisser les variétés aux rameaux longs et flexibles, et transformer des sasanquas retombants en sasanquas grimpants.

Plusieurs variétés sont vraiment parfumées, et méritent d’être placées près des maisons, ou en bordure d’allées : ‘Hinode-gumo’, ‘Narumigata’, par exemple

Highslide JS
Hinode-Gumo
Highslide JS
Narumigata

Logo de la SBC
webmaster : Pascal VIEU (2007-2016)