Société Bretonne du Camellia - Cotes d'Armor


Alimentation des camellias et amélioration du sol
compte-rendu des échanges lors de la réunion du 10 janvier 2009

 

Voici la retranscription des interventions des membres concernant chaque produit envisagé :

 

Produit Avantages Inconvénients Dosage, précautions, dates et mode d'emploi
Engrais 17-17-17
  • Facilité d'utilisation, 

  • Libération rapide des éléments

  • Risques de brûlures et de pollution en cas de surdosage, 

  • Stimule la pousse au détriment du boutonnage, 

  • pas d'oligo-éléments

  • Détériore la structure du sol par minéralisation de l'humus

  • 50 g/m² en avril en surfaçage 

  • Emploi à éviter sur camellia en pleine terre 

Engrais "pommes de terre" 
10-20-20
  • Facilité d'utilisation, libération rapide des éléments 

  • Bon équilibre pour la culture des camellias 

  • Équilibre intéressant pour la terre de bruyère 

  • Comme le Patentkali, mais de l'azote en plus

  • Risques de brûlures et de pollution en cas de surdosage, pas d'oligo-éléments

  • Détériore la structure du sol par minéralisation de l'humus

  • En appoint uniquement

  • 50 g/m² en avril en surfaçage

  • En pleine terre

  • Emploi à éviter sur camellia en pleine terre 

Engrais "gazon"
  • Surtout azoté 

  • Effets rapides mais de courte durée, à éviter

  • Trop cher 1 kg/m3 de pleine terre

  • Emploi à éviter sur camellia en pleine terre 

Engrais Patentkali (Potasses d'Alsace)
  • Engrais universel "écologique" (sulfate double de potasse et de magnésie naturels)

  • Peu cher 

 

  • Une poignée au pied de chaque plante en décembre 

Or brun
  • Le meilleur amendement 

  • Peut être mélangé à de la tourbe 

  • Action lente

  • Aucun 

  • Faute de mieux, car pH trop élevé: il faut le redresser 

  • Trop cher, ce n'est qu'un équivalent de déchets verts 

  • Couvrir le sol 

  • Lors des plantations : mélanger 2 ou 3 petites casseroles avec la terre du fond du trou, et 2 autres avec la terre de remplissage. Bien tasser. 

  • 4 à 6 kg/m3 

  • Doit être mélangé avec de la tourbe 

Or brun, Bochevo, Secret Vert 
  •  Facilité d'utilisation, libération lente des éléments en fonction de la température du sol 

  • Contient macro et oligo-éléments 

  • Pollution inexistante si on respecte les doses 

  • Odeur dans le local de stockage

  • Utilisable uniquement en pleine terre et pas en pots 

  • En hiver par surfaçage 

  • Dosage en fonction de la concentration du produit 

Osmocote
  • Facilité d'utilisation, libération lente des éléments en fonction de la température du sol 

  • Contient macro et oligo-éléments 

  • Pollution inexistante si on respecte les doses 

  • Incontournable pour la fertilisation des pots 

  • Bon engrais retard pour pots et jeunes plants 

  • Utiliser la formule spéciale pour terre acide 

  • Pour les jeunes plants 

  • Détériore la structure du sol par minéralisation de l'humus 

  • Risque de libération brutale dans les plants en conteneur en cas de forte chaleur 

  • Privilégier les formules à durée de libération très lente (6, 9 ou 12 mois), ou les panacher 

  • Libération à contre-saison 

  • Risque de fragilisation des plants avant l'hiver

  • 3 g/l de substrat, en mars-avril, par incorporation ou surfaçage 

  • 2 à 3 kg/m3 de terreau non enrichi

  • Une petite cuiller plus ou moins remplie suivant la taille du pot 

  • Avec précaution sur les petits camellias fraîchement rempotés 

  • Dans le substrat de culture, 4 kg/m3 

  • Les dosages indiqués dans le commerce sont souvent trop élevés

  • En pot, on peut utiliser de l'engrais retard 9-12-18, à défaut d'un 4-12-18 qui serait plus adapté aux camellias

Corne broyée
  • Engrais de fond 

  • C'est de l'azote! 

  • Sur le long terme 

  • Trop chère 

  • Attention aux surdosages (azote)! 

  • Libération brutale si la chaleur et l'humidité sont fortes 

  • En très petites quantités 

  • Doit être enfouie pour limiter les risques de libération brutale

  • Emploi à éviter sur camellia en pleine terre sauf cas particulier (paillage, carence avérée)

Sang séché
  • Surtout azoté 

  • Azote + acide phosphorique + oligo-éléments 

  • Riche en fer assimilable 

  • Efficace contre le jaunissement des feuilles des vieux camellias épuisés 

  • Trop cher

  • Libération très rapide 

  • Peut être remplacé par l'enfouissement d'une vieille boîte de conserve! 

  • Attention! Le fer s'assimile mal si le pH est trop élevé 

Fumier de cheval
  • Très riche 

  • Excellent, le meilleur 

  • Peu cher 

  • À utiliser bien décomposé pendant 3 ans, doit être devenu pulvérulent 

  • Souvent chargé en mauvaises herbes 

  • Il faut trouver un élevage à proximité! 

  • Très ammoniaqué si non pailleux

  • En pleine terre 

  • Épaisseur de 10 cm à chaque pied au début de l'hiver 

Fumier de vache 
  • Très bon, bon pour la structure du sol 

  • Riche 

  • Plus pauvre que le fumier de cheval 

  • Utiliser bien décomposé. 

  • En pleine terre. 

  • Couvrir le sol, 10 cm à chaque pied au début de l'hiver 

Fumier de volaille

 

  • Contient parfois du calcaire

  • Très concentré, à employer avec précautions

  • Peu adapté au camellia 

Compost tout venant
  • Proximité 

  • Bon avec beaucoup de feuilles, au moins 50%

  • Chargé en mauvaises herbes et en éléments imprévus 

  • Temps de compostage maison assez long et réclamant des manipulations 

  • Utile pour couvrir le sol 

  • S'il est fin, à la volée lors de la plantation en pleine terre 

Paille
  • Conserve l'humidité du sol, et le garde meuble 

  • Bon approvisionnement en humus 

  • Bon couvre-sol 

  • Pompe l'azote du sol avant de le restituer!

  • En vrac, et non hachée 

Feuilles mortes hachées
  • Comme la paille 

  • Fournissent de l'humus 

  • Bon couvre-sol 

  • Laisser en tas un mois avant la mise en place 

  • Bien décomposées, constituent un très bon terreau pour les pots 

  • Seul amendement utilisé par certains professionnels et collectionneurs : en épaisseur de 15 cm 

Aiguilles de pin
  • Pour aérer le sol, en mélange dans les pots 

  • Effet herbicide 

  • Bon couvre-sol 

  • Protègent du gel, se ressuient très vite 

  • Attention au pH, produit très acide 

  • Très acidifiant 

  • Phytotoxique (herbicide), contiennent des phénols 

  • Se décomposent difficilement 

  • En paillage 

  • Très bien pour les jeunes plants

Écorces de pin
  • Drainage ou paillage

  • Excellent paillage

  • Consomment de l'azote

  • Trop cher

  • Peu satisfaisantes techniquement, peuvent être avantageusement remplacées par du chanvre, des plaquettes de bois blanc, des cosses de sarrasin, ...

  • Favoriseraient le développement du lichen et de la fumagine

  • 5 cm d'épaisseur dès la plantation

Fougères broyées
  • Améliorent bien le sol, bon support

  • Excellent paillage

  • Protègent du froid

  • Aucune valeur nutritive

  • Peuvent contenir des graines de mauvaises herbes

  • Très longues à broyer, et il faut en trouver!

  • En mélange dans les pots

Bois Raméal Fragmenté
  • En paillage

  • Excellent

  • Reste 2 ans sur le sol

  • Fabrication rapide

  • Stabilise le pH

  • Crée un "sol forestier" sans la concurrence des arbres

  • Les broyeurs pour amateurs ne peuvent pas faire du bon BRF

  • Il faut d'abord disposer d'assez d'éléments sur place !

  • Préférer les bois durs (chêne, hêtre, etc.) aux  bois blancs (bouleau, peuplier, etc.). Éviter les conifères 

  • Attention au pH : Certains broyats ont un pH de 9!

  • À n'utiliser que si le sol a un pH acide : à éviter sur la longue durée pour le camellia!

  • Ne constitue pas un paillage mais bien un amendement organique

  • restructuration du sol basée sur l'action des champignons : utiliser du bois mais pas ou peu de feuilles

  • 5 à 7 cm d'épaisseur sur le sol

  • copeaux de 5 à 10 cm sur 0,5 à 7cm de diamètre

  • À étaler en permanence

  • On peut "ensemencer" avec une poignée de litière de sous-bois pour accélérer le processus

Cendres de bois
  • Riches en lignite

  • Riches en potasse

  • À incorporer au compost

  • Alcalines, pH élevé (contiennent de la potasse)!

  • À éviter pour les camellias

  • En petites doses (engrais chimique)

Cendres de papier / carton

 

  • À incorporer au compost

  • Contiennent souvent encore des colles et des encres d'imprimerie

 

Herbe de tonte
  • À mélanger avec de la paille, des feuilles, des fougères

  • Facilement disponible

  • À n'utiliser que compostée, jamais fraîche

  • A composter

  • En couverture au début de l'hiver

Déchets verts
(déchetteries municipales)
  • Appréciés par les jeunes racines

  • Empêchent le dessèchement

  • Ne pas laisser en tas, mais utiliser de suite

  • Compléter avec 4 à 6 kg/m3 d'osmocote ou d'engrais équivalent à décomposition lente

Paillage de cosses de sarrasin
  • Se dégrade rapidement (enrichit le sol)

  • Ameublit le sol (plus aéré, plus perméable)

  • Limite les mauvaises herbes et facilite leur arrachage

  • Esthétique (utilisable en massifs et pots)

  • Doit être fixé par arrosage au départ (attention au vent)

  • Relativement coûteux

  • Couche de 6 à 10 cm

Paillage de chanvre ou de lin
  • Enrichit le sol en se dégradant 

  • Évite toutes les mauvaises herbes

  • Utilisable en massif ou en pots

  • Risque de faim d'azote au départ avec le chanvre (ajouter un peu de fumier ou de corne broyée par exemple)

  • Vire au gris avec le temps

  • Forment des croûtes rigides parfois compactes (imperméables à l'eau et à l'air)

  • Il reste parfois des graines dans le lin

  • Couche de 4 à 8 cm

  • Arroser à la mise en place pour former une couche stable

Quelques notes complémentaires :

1. La plupart des éléments ci-dessus n'ont d'intérêt que s'ils ont été compostés, et ils peuvent tous entrer dans la fabrication d'un excellent compost. L'apport de fumier, de sang séché, de corne broyée est même très utile car ils agissent comme activateurs de compostage.

2. Les matières végétales dures (lignite, cellulose) demandent une énergie énorme aux bactéries pour les transformer en humus. Elles puisent cette énergie dans les composés azotés des matières organiques à composter. Si un compost mal fait est incorporé au sol, les bactéries auront encore faim d'azote, et capteront cet azote dans le sol, provoquant ainsi une carence en azote, et le blocage du métabolisme de la plante.

3. L'apport d'humus dans le sol est essentiel, il permet d'améliorer sa structure, c'est-à-dire son aération, sa capacité de rétention en eau, sa capacité de stockage d'éléments nutritifs, le confort racinaire de la plante. La minéralisation de l'humus permet la libération des éléments nutritifs. Mais l'humus n'est pas un élément stable et définitif dans le sol. Sa minéralisation dépend de la température du sol et de l'activité de la plante. Il faut donc renouveler l'humus du sol par un apport régulier de matières organiques.

4. Les camellias qui ont un feuillage naturellement enclin au jaunissement ont besoin d'un apport supplémentaire de fertilisant (10%).

Logo de la SBC
webmaster : Pascal VIEU (2007-2016)