Société Bretonne du Camellia - Bouturage


Les camellias botaniques

par Patrick Bellec

NB : Ceci est un extrait de l'article original, dans lequel vous trouverez la description des espèces suivantes : Camellia amplexicaulis, C. brevistyla, C. caudata, C. changii, C. chekiangoleosa, C. crassipes, C. cuspidata, C. edithae, C. euryoides, C. flava, C. fluviatilis, C. forrestii, C. fraterna, C. granthamiana, C. grijsii, C. handelii, C. henryana, C. hiemalis, C. hongkongensis, C. impressinervis, C. irrawadiensis, C. japonica, C. kissi, C. lapidea, C. longicarpa, C. lutchuensis, C. maliflora, C. microphylla, C. miyagii, C. nitidissima, C. nokoensis, C. octopetala, C. pitardii, C. polyodonta, C. puniceiflora, C. reticulata, C. rosaeflora, C. salicifolia, C. saluenensis, C. sasanqua, C. sinensis, C. synaptica, C. taliensis, C. tenuiflora, C. transarisanensis, C. transnokoensis, C. trichocarpa, C. tsaii, C. uraku, C. vietnamensis, C. virgata, C. xylocarpa, C. yuhsienensis.

1. LES CAMELLIAS BOTANIQUES

Définition : Une espèce botanique est une plante, un arbuste, un arbre qui provient du milieu naturel sans intervention humaine.
Les espèces botaniques sont à l’origine de tous nos végétaux en culture, quel qu’en soit l’usage : alimentaire, ornemental, médical, etc.

Origine : Le genre Camellia représente le principal genre de la famille des Théacées.
La famille des Théacées est rattachée à l’ordre des Théales, lui-même rattaché au sur-ordre des Dilleniidae, qui comporte en outre l’ordre des Ericales. Le tout est inclus dans les Angiospermes ou “plantes à fleurs”.
Les Angiospermes sont apparues au début du Crétacé, à l’ère secondaire, il y a 120 millions d’années. Elles proviennent des plantes présentes à ce moment : les Gymnospermes. L’évolution conjointe de petits groupes de plantes et des insectes a modifié la structure reproductrice des cônes des Gymnospermes. Elle nous a donné les familles et les espèces que nous connaissons de nos jours, et qui continuent à évoluer.

Répartition : La présence des Théacées est probable en Europe au Tertiaire, comme celle d’autres familles présentes sur l’hémisphère Nord (Magnoliaceae, Lauraceae). Des fossiles d’espèces primitives de ces familles ont été trouvées en Europe.

Leur disparition subite a eu lieu en Europe à la fin du Tertiaire, lors des premières glaciations. Les contraintes géographiques de notre continent en sont la principale explication. La Méditerranée au Sud, et des massifs montagneux orientés Est-Ouest, tels que les Alpes et les Pyrénées, ont empêché toute migration progressive vers le sud, comme cela s’est produit en Asie et en Amérique du Nord. La relative “pauvreté” de la flore européenne actuelle en est le résultat.

Les camellias sont présents dans l’Est et le Sud-Est de l’Asie : Japon, Corée, Chine, Taïwan, Inde, Bhoutan, Sikkim, Népal, Birmanie, Thaïlande, Laos, Vietnam, Cambodge, Malaisie, Indonésie.
80% des espèces décrites sont présentes en Chine.

Nombre : Plus de 400 espèces de camellias botaniques ont été nommées et publiées.
En 1958, Robert J. Sealy a décrit 82 espèces réparties en 12 sections.
En 1998, lors de la publication de “Flora Republicae Popularis Sinicae, Tomus 49” (Flore de la République Populaire de Chine, Tome 49), Chang Hungta a décrit 238 espèces réparties en 18 sections.
En 2000, dans sa “Monography of the Genus Camellia” (Monographie du genre Camellia), Mieng Tienlu, de l’Institut Botanique de Kunming (Chine) a décrit 119 espèces réparties en 14 sections.
En 2005, lors du congrès de l’ICS en Chine, Gao Jiyin, Clifford R. Parks et Du Yueqiang ont publié un ouvrage décrivant 200 espèces suivant la classification de Chang.
En 2007, le Missouri Botanical Garden, qui assure la traduction et la mise à jour de la publication de “Flora of China” (Flore de Chine), a répertorié 120 espèces réparties en 6 sections, et en a décrit 97 espèces chinoises.

Ces différences peuvent avoir diverses causes :
- plusieurs espèces ont été renommées dans d’autres genres, comme Tutcheria, ou Pyrenaria,
- plusieurs espèces ont été renommées en sous-espèces d’espèces déjà décrites,
- une même espèce a pu être décrite plusieurs fois sous un nom différent suite à des collectes différenciées.

2. LES PRINCIPALES ESPECES DE CAMELLIAS BOTANIQUES

Camellia crapnelliana (section Furfuracea)
Petit arbre jusqu’à 10 m, feuilles vert foncé, vernissées, jusqu’à 20 cm de long.
Fleurs blanches, jusqu’à 11 cm de diamètre, gros bouquet d’étamines jaune d’or.
Fruits ronds de 8 à 10 cm de diamètre.
Sud-Est de la Chine (Guangdong, Hongkong).
Rusticité moyenne.
Hybridation avec Camellia gigantocarpa, pour la production d’huile

               
Camellia crassipes (section Theopsis)
Arbuste jusqu’à 5 m, feuilles jusqu’à 7 x 2 cm, port aéré.
Fleurs blanches, de 2 à 3 cm, abondantes.
Sud-Ouest de la Chine (Yunnan).
Espèce peu connue.
Hybridation inconnue.
               

Camellia cuspidata (section Theopsis)
3 sous-espèces : cuspidata, chekiangensis, grandiflora.
Arbuste ou petit arbre jusqu’à 8 m, port semi-aéré, feuilles étroites, pointues, jusqu’à 7 cm de long.
Fleurs simples, blanches, parfumées, de 4 à 5 cm de diamètre.
Fruits à graine unique.
Centre-Nord de la Chine, Hunan, en zones boisées.
Potentiel de rusticité.
Hybridations avec : Camellia saluenensis (‘Robbie’, ‘Cornish Snow’), Camellia japonica (‘Cornish Spring’, ‘Lammertsii’), Camellia tsaii (‘Wirlinga Pride’)

               

Camellia forrestii (section Theopsis)
Arbuste ou petit arbre jusqu’à 7 m, port aéré, feuilles 5,5 x 2,5 cm au maximum.
Fleurs blanches, abondantes, de 3 cm de diamètre au maximum, parfois parfumées.
Sud-ouest de la Chine, Yunnan.
Rusticité moyenne (jusqu’à -7°).
Hybridations potentiellement possibles avec les espèces de la section Camellia.

               
Camellia fraterna (section Theopsis)
Arbuste jusqu’à 5 m, port aéré, espèce forestière sous couvert, feuilles étroites et longues, jusqu’à 7 x 3,5 cm, nouvelles pousses bronze.
Fleurs blanches, abondantes, parfumées, de 5 cm de diamètre.
Centre et Est de la Chine, Anhui, Fujian, Jiangsu, Jiangxi, Zhejiang.
Hybridations avec : Camellia reticulata (‘Crimson Candles’, ‘La Petite’), Camellia sasanqua (‘Yoimachi’), Camellia pitardii (‘Snow Drop’).
               
Camellia granthamiana (section Protocamellia)
Petit arbre jusqu’à 8 m, feuilles jusqu’à 15 x 5,5 cm, fortement nervurées, vert mat très foncé.
Fleurs blanches, grandes, jusqu’à 14 cm de diamètre, pétales gaufrés, gros bouquet d’étamines jaune vif.
Sud-est de la Chine, Guangdong, Hongkong.
Rusticité moyenne.
Hybridations : potentiel important.
               
Camellia grijsii (section Paracamellia)
Arbuste jusqu’à 3 m, feuilles épaisses, nervurées, de 6 cm de long.
Fleurs blanches, aux pétales chiffonnés, de 5 à 6 cm de diamètre, parfumées à très parfumées selon les individus.
Centre et Est de la Chine, Fujian, Hubei, Sichuan.
Hybridations : quelques tentatives aux résultats inconnus
               

Camellia irrawadiensis (section Thea)
Petit arbre jusqu’à 9 m, feuilles lustrées jusqu’à 16 x 6 cm.
Fleurs simples, blanc rosé, jusqu’à 4,5 cm de diamètre, avec un parfum de musc.
Sud-ouest de la Chine, Yunnan, et Birmanie.
Hybridation inconnue.
Cultivé pour la production de thé dans le Yunnan.

               

Camellia longicarpa (section Theopsis)
Arbuste jusqu’à 3 m, port retombant, feuillage dense, feuilles jusqu’à 9 x 3 cm, sous couvert forestier.
Fleurs blanches, de 4 cm de diamètre, parfumées.
Fruits : 2,5 x 1,5 cm.
Centre-Ouest de la Chine, Sichuan, Hunan.
Hybridation inconnue.

               
Camellia lutchuensis (section Theopsis)
Arbuste ou petit arbre jusqu’à 7 m, port aéré, feuilles vert clair, 5 x 2,5 cm, nouvelles pousse brun bronze.
Fleurs blanches, abondantes, de 4 cm de diamètre, parfumées.
Japon, îles Ryu Kyu.
Rusticité moyenne.
Hybridations avec Camellia japonica (‘Cinnamon Cindy’, ‘Fragrant Pink’, ‘Quintessence’, ‘Scentuous’, ‘Scented Gem’, ‘Spring Mist’, ‘Fairy Blush’). Donne des hybrides au port aéré et aux nouvelles pousses colorées.
               
Camellia maliflora (section Paracamellia)
Arbuste jusqu’à 2,5 m, espèce inconnue dans la nature, introduite de Chine en Grande-Bretagne en 1818 par le capitaine Richard Rawes, peut-être un hybride de parents inconnus, port dressé, feuilles de 4 cm.
Fleurs roses semi-doubles, de 4 cm de diamètre.
Hybridation inconnue.
               

Camellia miyagii (section Paracamellia)
Arbuste proche de l’espèce Camellia sasanqua, petites feuilles très dentées, 8 x 3,5 cm, vert foncé.
Fleurs simples, blanches, petites, odorantes.
Sud du Japon, îles Ryu Kyu.
Hybridation inconnue.

               
Camellia nitidissima (synonyme : Camellia chrysantha, section Chrysantha)
Arbuste jusqu’à 5 m, port dressé, feuilles jusqu’à 20 x 6 cm, fortement nervurées, nouvelles pousses bronze.
Fleurs du jaune au jaune vif, semi-doubles, de 6 cm de diamètre.
Rusticité faible.
Sud de la Chine, Guangxi, Nord-Vietnam.
Hybridation difficile avec de nombreuses espèces
               

Camellia oleifera (synonyme : Camellia drupifera, section Oleifera)
Arbuste ou petit arbre jusqu’à 7m, port dressé, feuilles jusqu’à 11,5 x 5 cm.
Fleurs blanches, de 7 cm de diamètre, parfois parfumées, gros bouquet d’étamines blanches.
Est et Centre de la Chine, Hainan, Hongkong, Indochine, Birmanie, Thaïlande, Nord-est de l’Inde, espèce cultivée pour ses graines riches en huile.
Bonne rusticité.
Hybridations avec : Camellia japonica, Camellia reticulata, Camellia sasanqua, Camellia hiemalis (‘Big Mo’).

               

Camellia reticulata (section Camellia)
Arbre jusqu’à 15 m, port érigé et aéré, feuilles jusqu’à 11x 4 cm.
Fleurs roses, jusqu’à 10 cm de diamètre.
Sud-Ouest de la Chine, centre du Yunnan.
Hybridations anciennes, notamment avec Camellia pitardii var yunnanica, nombreux hybrides

               
Camellia saluenensis (section Camellia)
Arbuste jusqu’à 6 m, port érigé et dense, feuilles vert foncé, luisantes, jusqu’à 5,5 x 2,5 cm.
Fleurs blanches à rose vif, semi-tubulaires, jusqu’à 10 cm de diamètre.
Sud-Ouest de la Chine, Yunnan (Salouen), Sichuan.
Hybridations avec : Camellia japonica (tous les hybrides “x williamsii”), Camellia cuspidata, Camellia hongkongensis, etc.
               
Camellia sasanqua (section Oleifera)
Grand arbuste ou arbre jusqu’à 10 m, port érigé, feuilles jusqu’à 6 x 3 cm.
Fleurs simples, généralement blanches, parfois roses ou rouges, jusqu’à 7,5 cm de diamètre, parfumées.
Sud du Japon.
Hybridation avec : Camellia japonica (= Camellia x vernalis), Camellia reticulata
               
Camellia sinensis (section Thea)
Arbuste ou petit arbre de 6 à 8 m, feuilles jusqu’à 16 x 7,5 cm pour la variété assamica, et jusqu’à 12 x 5,5 cm pour la variété sinensis, fortement dentées.
Fleurs petites, jusqu’à 3,5 cm de diamètre, blanches, odorantes.
Origine inconnue pour la variété sinensis, Yunnan pour la variété assamica.
Hybridation inconnue, 1 cultivar à fleurs roses et au feuillage foncé (‘Benibanacha’), plusieurs sélections (‘Kholkida’).
               

Camellia transarisanensis (section Theopsis)
Arbuste jusqu’à 2,5 m, port semi-dressé, dense, feuilles vert foncé, petites, jusqu’à 4,5 x 1,5 cm, nouvelles pousses rouges.
Fleurs très petites, de 2,5 cm de diamètre, blanches, abondantes, légèrement parfumées.
Taïwan.
Hybridation inconnue

               
Camellia transnokoensis (section Theopsis)
Arbuste ou petit arbre jusqu’à 7 m, port érigé et semi-retombant, assez dense, feuilles jusqu’à 4 x 2 cm.
Fleurs simples, petites, de 4,2 cm de diamètre, blanches, parfumées, très abondantes, boutons teintés de rouge à rose vif.
Taïwan.
Rusticité assez bonne.
Hybridation avec Camellia japonica (‘Sweet Jane’).
               

Camellia tsaii (section Theopsis)
Arbuste ou petit arbre jusqu’à 8 m, port semi-retombant, feuilles étroites et longues, jusqu’à 9 x 2,5 cm, légèrement ondulées, vert brillant.
Fleurs simples, petites, de 3 cm de diamètre, blanches, parfumées, très abondantes.
Sud-ouest de la Chine, Yunnan, Birmanie, Vietnam.
Hybridations avec : Camellia japonica, Camellia rosaeflora

               

Camellia yuhsienensis (section Paracamellia)
Arbuste jusqu’à 3 m, feuilles jusqu’à 11x 5,5 cm.
Fleurs blanches, jusqu’à 9,5 cm de diamètre, en grappes, très abondantes, fortement parfumées.
Est et Sud-est de la Chine, Hunan, Hubei, Jiangxi, Guangdong.
Important producteur d’huile (300 litres à l’hectare).
Hybridation avec Camellia sasanqua (‘Yume’), potentiel important.

               
Camellia yunnanensis (section Protocamellia)
Arbuste ou petit arbre jusqu’à 7 m, feuilles fines, jusqu’à 7 x 3,5 cm.
Fleurs blanches, jusqu’à 9 cm de diamètre, peu parfumées.
Sud-ouest de la Chine, Yunnan, Sichuan.

5. CONCLUSION

Nombre de camellias botaniques présentent un intérêt certain pour :
- leurs ports aérés, pleureurs
- leurs diversités de feuillages
- leurs floraisons abondantes, parfumées, aux coloris divers
- leurs nouvelles pousses colorées.

Tous ces facteurs donnent, et donneront, des possibilités d’hybridations riches et variées, et permettront de nombreuses découvertes et de nombreuses nouveautés.

Logo de la SBC
webmaster : Pascal VIEU (2007-2016)